Nutri Score : pour voir l’information nutritionnelle en un coup d’œil

NutriScore

Conçu dans le cadre du Plan National Nutrition Santé, le Nutri Score fera progressivement son apparition sur les emballages alimentaires.

Ainsi, ce logo permettra de rendre plus lisible et compréhensible l’étiquetage alimentaire.

Dans le cadre de la loi de Santé de 2016, le gouvernement français a recommandé la mise en place d’une information nutritionnelle claire, visible, et facile à comprendre pour tous les consommateurs.

Obligatoire sur tous les aliments alimentaires préemballés, le tableau des valeurs nutritionnelles est bien souvent difficile à décrypter pour les consommateurs.
Valeur énergétique des produits, teneurs en graisses, acides gras saturés, glucides, sucres, protéines et sel pour 100 g ou 100 ml de produit : les informations y sont nombreuses.

Pour en faciliter la compréhension, le règlement européen autorise l’apposition d’une information nutritionnelle complémentaire sur ces emballages.

Le logo appelé Nutri Score (un logo à 5 couleurs) devrait alors permettre d’améliorer l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

Comment interpréter ce logo ?

Le Nutri-Score, grâce à une lettre et à une couleur, informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d’un produit. Chaque produit est ainsi positionné sur une échelle à 5 niveaux allant :

  • du produit  le plus favorable sur le plan nutritionnel (classé A)
  • au produit le moins favorable sur le plan nutritionnel (classé E)

La catégorie à laquelle appartient l’aliment est mise en exergue sur le logo par une lettre plus grande.

Comment est calculé le score d’un produit ?

Pour classer chaque produit, des équipes de recherches internationales ont mis au point un score qui prend en compte, pour 100 grammes de produit, la teneur :

  • en nutriments et aliments à favoriser : fibres, protéines, fruits et légumes
  • en nutriments à limiter : énergie, acides gras saturés, sucres, sel

Après calcul, le score obtenu par un produit permet de lui attribuer une lettre et une couleur.

Pour tenir compte des spécificités de certaines familles d’aliments telles que les matières grasses ajoutées (beurre, huile), les fromages ou encore les boissons, la méthode de calcul du score a été adaptée.

Complémentaire des repères du PNNS qui recommandent, par exemple, de consommer au moins 5 fruits et légumes par jour ou de limiter la consommation de produits sucrés, le Nutri-Score peut vous aider lorsque vous faites vos courses à :

  • choisir entre plusieurs produits d’un même rayon: les céréales du petit-déjeuner, par exemple, peuvent avoir un score compris entre A et E. grâce à ce logo, vous pourrez choisir, en un coup d’oeil parmi vos céréales préférées, celles qui ont la meilleure qualité nutritionnelle.
  • comparer la qualité nutritionnelle pour un même produit de différentes marques: les lasagnes à la bolognaise vendues en grande distribution, par exemple, peuvent être classées en A, B, C ou même D selon les marques

Avec ce logo, plus d’excuse pour manger mieux !

Le lait d’or

Qu’est-ce que c’est ?  Le lait d’or ou aussi appelé ‘Golden latte’ est une recette traditionnelle de la médecine ayurvédique qui permet de réunir, en une seule boisson, un grand nombre de bienfaits. Cette boisson est en passe de devenir « la » boisson détox de cet hiver. Un succès qui tient à son principal ingrédient, le curcuma, aux nombreuses vertus.

C’est donc grâce au curcuma que le lait d’or a sa belle couleur dorée rassurante et c’est aussi grâce à cet ingrédient tellement spécial que cette boisson serait source de bienfaits.

On prête à son composant actif principal, la curcumine, plus de 150 activités potentiellement thérapeutiques (question quantité de curcumine, tous les curcumas ne se valent pas).
J’ai donc  eu envie de goûter. Le nom « lait d’or », la belle couleur dorée, le côté tendance, …. j’étais curieuse de tenter cette potion…. magique ? Non, n’exagérons rien !

Les propriétés du curcuma :

  • anti-inflammatoires (idéal pour les douleurs articulaires) et analgésiques (qui diminue la douleur),
  • anti-oxydantes (freine le vieillissement des cellules de notre organisme),
  • antiseptiques
  • stimulantes pour le système immunitaire (pour rester vaillant pendant la période hivernale),
  • détoxifiantes
  • considéré comme la meilleure épice « anti-cancer »

Néanmoins, le curcuma possède un défaut. En l’état de poudre, il n’est que très peu absorbé par notre système digestif. Ainsi, pour potentialiser ses effets, le curcuma a besoin d’autres ingrédients :

  • le poivre : il contient de la pipérine (qui lui confère son goût piquant) et permet ainsi de mettre en valeur les propriétés de la curcumine.
  • le gingembre :  il agit en synergie avec le curcuma, permettant de faciliter l’absorption et d’optimiser ses principes antioxydants.
  • les lipides :  la curcumine est liposoluble. Cela signifie qu’elle ne se dilue que dans un corps gras.

 J’ai donc préparé au préalable la pâte de curcuma : j’ai mélangé 30 g de curcuma avec une demie cuillère à café de poivre noir moulu et 125 ml d’eau ; j’ai fait chauffer le tout sur feu doux jusqu’à l’obtention d’une pâte épaisse.

Ensuite, j’ai préparé le lait d’or : dans une casserole, j’ai versé 125 ml de jus de riz bio, auquel j’ai ajouté une demie cuillère à café de pâte à curcuma, une cuillère à café d’huile de coco bio et du gingembre frais râpé. J’ai chauffé le tout 2 minutes. J’ai ajouté ensuite une petite cuillère à café de sirop d’érable (facultatif).

Ce que j’en ai pensé ? Le goût est assez particulier et la texture assez huileuse en bouche. Cela peut vite devenir écœurant, donc je recommanderais de boire cette boisson en petite quantité. Je testerais la prochaine fois avec du jus de coco ou du jus d’amande pour voir si le goût est très différent.

Quand boire cette boisson ? Avant le petit-déjeuner ou le soir après un dîner léger. Sous la forme d’ une cure d’une semaine au cours d’un mois par exemple.

Attention, cette boisson n’est pas à considérer comme une potion miracle qui réglerait tous vos problèmes de santé. Si vos symptômes de fatigue, douleurs ou autres persistent, alors n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé.

A vous de tester et de poster vos recettes de lait d’or !

Les ‘bowl vegan’ ou buddha bowls

Mais de quoi parle-t-on ? De Buddha ? De bowl (bol ?) Je vais tenter d’expliquer cette nouvelle tendance qui nous vient tout droit du monde anglo-saxon….

L’origine de son nom viendrait du fait qu’étant végétarien voire végétalien, il respecte « tout être vivant » comme le prône le Bouddhisme.
D’autres pensent que son aspect bien copieux rappelle le ventre rond de Bouddha.

C’est quoi un buddha bowl alors ?

Le Buddha bowl ou bol de Bouddha est un bol ou saladier rempli d’aliments, riches en couleurs et en saveurs, qui forment un repas végétarien (ou végétalien) complet et équilibré.

Ce plat apporte tous les nutriments dont nous avons besoin : protéines végétales, glucides complexes, lipides de bonne qualité (graisses insaturées), des vitamines, des minéraux et des fibres !

Il y a plusieurs façons de préparer son buddha bowl mais la base reste la même :

  • Une céréale : quinoa, blé, boulghour, riz, millet, sarrasin, maïs … : indispensables pour l’apport en glucides dits ‘complexes’ et garants d’une bonne satiété

  • Une légumineuse : pois chiches, lentilles, haricots rouges, fèves … : sources de protéines végétales, de minéraux et de fibres

  • Des légumes crus ou cuits (de saison) : associez des végétaux de couleur différente pour diversifier les profils nutritionnels

  • Des fruits oléagineux : olive, avocat

  • Des graines et noix : courge, tournesol, lin, amande, cajou, noix, cacahuète : elles viendront compléter l’apport en protéines végétales et sont sources d’acides gras indispensables au bon fonctionnement du système cardiovasculaire

  • Un assaisonnement : citron, ciboulette, coriandre, curry curcuma

  • Une sauce : vinaigrette, houmous (purée de pois chiches), tahini (purée de sésame)

Pour augmenter l’apport de protéines, on peut mettre :

  • Du tofu, edamames (ou fèves de soja)

  • Des substituts de viandes : pâté végétarien, steak végétal…

A vous de faire jouer votre imagination et de trouver votre recette parfaite en fonction de vos goûts !

Vous pouvez associer le le froid et le chaud (meilleure digestion des aliments riches en amidon comme les céréales ou légumes secs), y ajouter des fruits également.

A noter qu’il n’est pas exclusivement réservé aux végétariens. Il apporte de la couleur à vos repas, bon pour votre santé, et permet de varier ses apports de protéines. Il plaira aux fléxitariens et à tous ceux qui souhaitent diminuer leur consommation de protéines d’origine animale.

Il n’a que des avantages :

  • Il est facile à préparer

  • C’est un plat complet et équilibré et nourrissant

  • Il est économique

Quelques idées de composition :

  • Buddha bowl, millet, fenouil et pois chiches
  • Buddha bowl, patate douce, poivron aigre-doux, pois chiche et quinoa
  • Buddha bowl, potiron caramélisé, figues et tofu